La science a découvert depuis longtemps que les cellules humaines, sont sensibles à la lumière du soleil :

  • Grâce aux UV nos cellules vont produire de la vitamine D.
  • La lumière blanche stimule la photosensibilisation de la peau et favorise le rythme jour/nuit, l’endormissement et un meilleur sommeil.
  • La lumière infrarouge proche (0,75 à 1,5 microns) qui est chauffante, stimule les mitochondries qui produisent plus d’énergie (Adénosine triphosphate ou ATP). Les lampes à infrarouges sont utilisées dans le sport notamment pour détendre les muscles et les recharger.

 

Les dernières recherches sur la lumière ont amené les scientifiques à se pencher spécifiquement sur la plage d’infrarouges lointains ou IRL. Ils ont découverts que cette lumière ne chauffait pas et qu’elle était propice à tous les développements du vivant. Chaque organisme vivant émet son propre rayonnement d’infrarouges lointains ou IRL dans des gammes situées entre 4 et 14 microns.

Lorsqu’on expose une partie du corps aux IRL, le facteur le plus important est l’activation de l’enzyme (eNOS) située dans la paroi des cellules endothéliales des vaisseaux sanguins, qui accélère la génération d’oxyde d’azote ou NO.

La recherche clinique a démontré que l’oxyde d’azote est important pour la régulation de la circulation sanguine. L’oxyde d’azote est un puissant vasodilatateur. Il peut réparer la paroi de la cellule interne du vaisseau sanguin, diminuer la pression sanguine, détendre les muscles lisses des parois capillaires pour au final,  augmenter le flux sanguin.

 

Les IRL en favorisant la fabrication de NO, vont augmenter la circulation capillaire, détendre les muscles et stimuler la production de collagène, selon le Dr Chukuka S. Enwemeka.

 

L’action de l’oxyde d’azote va donc augmenter la microcirculation, permettant des échanges accrus avec les cellules de l’organisme : meilleur oxygénation, meilleur réparation tissulaire, meilleur évacuation des toxines.

 

 

En 1998, le Prix Nobel de physiologie a été décerné à trois scientifiques américains pour avoir découvert l’importance du NO sur notre système circulatoire. Ting-Kai Leung et al, Biomed. Eng. Appl. Basis Commun. 21, 317 (2009). DOI: 10.4015/S1016237209001404

 

 

Cette page se veut synthétique et simplifier pour être accessible à tous. Si vous désirez plus d’informations scientifiques merci de nous contacter à : contact@activeplus4u.com